Un an au Japon, à Sapporo !

Comme beaucoup le savent déjà, j’ai fait mon « sotsugyô » de l’INALCO en juin dernier. Licence dans la poche, je voulais absolument retourner au Japon pour ne pas perdre mon japonais, car c’est là où j’ai eu l’impression de progresser le plus, notamment pendant mon voyage de l’été 2016. Pour ça, je suis tout d’abord partie vivre à Lyon parce que l’Amour m’appelait, et j’y ai travaillé dès juin 2016, jusqu’en février 2017 pour économiser un peu. J’ai fait mes premières petites expériences professionnelles, et j’ai pu à l’occasion me rendre réellement compte à quel point j’aimais travailler avec les enfants. Ça m’a passionné énormément, j’ai appris trop de choses, et je remercie mes référents, mes collègues, les enfants, et toutes les belles rencontres que j’ai pu faire. C’était une grande aventure, j’ai trop aimé. Il y a eu des hauts et des bas, comme tout. Mais je suis trop contente d’être restée. Malgré la paye misérable, je suis si fière du travail que j’ai fourni, de ce que j’ai transmis aux enfants en tant qu’animatrice, que ça vaut bien plus que tout l’or du monde. Fournir une base de culture japonaise à des enfants entre 6 et 12 ans, je crois que je ne pouvais pas rêver mieux comme petit boulot. Je vous laisse avec un dessin de J-P, qu’il a fait pour mon anniversaire. C’est un de mes collègues du périscolaire, il fait partie de mes plus belles rencontres de ces six derniers mois.

Maintenant, je suis au Japon. Je me suis envolée le 7 mars 2018.

A peine arrivée, je suis confrontée à la vie japonaise de l’intérieur, puisque j’ai vécu pendant un petit mois à Tobitakyû, (banlieue de Tôkyô) chez Taachan, la grand-mère de mon amie Koji.

Hervé, mon copain, m’a ensuite rejoint au Japon. On a passé une semaine ensemble à Tôkyô dans un ryôkan.

A Tôkyô, c’était un peu de tourisme des parcs de Tôkyô et sa banlieue avec des sakura pleins les yeux, un retour dans les quartiers de Tôkyô que j’aime beaucoup, un petit froid avant le printemps qui se transforme en un presque-été la semaine suivante, des amis que j’ai revu et avec qui j’ai passé du bon temps, une intrusion dans le monde de Hello ! Kitty à Sanrio Puro Land, des longues conversations en japonais avec Taachan, un japonais qui s’améliore de jour en jour, mes premiers pas dans les supermarchés et dans la cuisine japonaise au Japon, la confection du photobook des otomomochi amoureux, une rencontre rigolotte dans un resto’ de yakiniku finie en karaoke, des concerts d’idols, events d’idols, handshake, et un programme très intense sur la dernière semaine avec des journées et soirées qui s’enchaînaient et qui s’enchaînaient avec Hervé, ses amis ou mes amis ou nos amis ou les trois (japonais ou pas), et mon frère que j’ai pu voir une semaine à Tôkyô.

Le 1er avril, on s’envole pour Sapporo. On concentre l’essentiel de notre énergie à la recherche d’un appartement dès les premiers jours. On prend ensuite le temps en parallèle de se familiariser avec la ville à partir du troisième jour. On prend du bon temps, entre balades dans la ville, parcs, musées, montagnes, bonne bouffe, bière de Sapporo, et découverte d’idols locales. Et surtout, on a vu Takechan et Murotan (❤❤❤❤❤) des Angerme, Takechan nous a reconnu, Murotan était plus que magnifiquement belle, (plus que le soleil), le temps s’est arrêté pour nous, c’était magique. Mon copain va à l’école de japonais tous les matins. Le japonais est notre quotidien, on s’entraide et on en apprend tous les jours sur la langue.

A l’heure actuelle, on vit dans notre deuxième appartement Airbnb, on a la « clé » de l’appartement dans lequel on vivrait pendant à peu près un an depuis mardi, et on devrait emménager définitivement ce week end. (Enfin ! Croyez-moi, ce n’était pas une mince affaire d’en arriver jusque-là…). C’est un 2LDK car Hervé a besoin d’une chambre pour bosser à distance du Japon pour son entreprise en France.

Les galères actuelles, c’est trouver des meubles pas chers. On enchaine les magasins d’occasions et les particuliers sur internet. Le lit… LE LIT! On l’aura un jour… On l’aura!

Ha. Bon bah on l’a trouvé aujourd’hui en fait ! Le vendeur était vraiment très sympa et très gentil. Il nous a même offert un petit cadeau… Comme on achète des meubles, et que je nous présente souvent en tant que « 夫婦 », il pensait qu’on était ou qu’on allait se marier haha 😆

Publicités
Cet article, publié dans Un an au Japon entre pêches amoureuses (2018 - 2019), est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s